10-06-2017 / 10-06-2017
Conférence: "Peinture et conscience corporelle".
Itinéraire formatif d’un peintre du Sensible.

La conférence s’adresse à tous les publics s’intéressant à l’art d’aujourd’hui, à la méditation et particulièrement à l’implication physique de l’artiste dans la fabrique de son œuvre.
Elle repose sur la recherche de master de l’artiste en psychopédagogie de la perception, discipline fondée par D. Bois. Elle est centrée sur l’évolution de sa pratique de peintre au contact de l’approche du Sensible : une pédagogie perceptive incluant une méditation corporelle et une gymnastique sensorielle.
Pour nourrir son analyse, l’artiste s’appuie sur son propre journal de bord, décrivant son activité et ses réflexions à l’atelier de façon très pratique et accessible.

Il présentera une synthèse de son mouvement théorique réalisé en trois parties :
1) l’analyse d’ouvrages reprenant les paroles de deux peintres incontournables dans l’histoire de l’art : Paul Cézanne et Francis Bacon.
2) une synthèse théorique des principes de l’esthétique pragmatique de John Dewey et Richard Shusterman, deux philosophes qui rapprochent l’expérience corporelle et l’expérience esthétique.
3) l’exposition de certains des principes des pratiques du Sensible, issues des travaux de Danis Bois, qui inspirent et renouvelent la pratique de l’artiste.

Comme résultats, cette recherche met en relief les impacts des pratiques du Sensible sur la production artistique de l’auteur, telle que sa gestuelle, sa façon d’occuper l’espace de la toile, l’importance de la globalité et des détails, de la nature de la touche, l’évolution du rapport à la couleurs, aux textures. Il en résulte un déploiement perceptif plus global et raffiné, mais aussi de façon plus surprenante, un ancrage identitaire remarquable.





10-05-2017 / 10-06-2017
"Détours - Citadins"
"Marc Goldstain, le plus sensible des peintres français a compris la plus profonde des vérités : la vanité de la peinture est de ne s’intéresser qu’à l’apparence des choses, c’est à dire à cette fine pellicule de couleur qui les enveloppe - de lumière, d’ombres, de reflets - et sans laquelle rien, strictement rien, ne pourrait exister dans le monde, c’est à dire sur la toile."

Hector Obalk


english     français