Mes dernières séries de peintures représentent des couples enlacés flottant dans de grands espaces gris. Le langage pictural est volontairement réduit à l’essentiel.
Les corps sont peints dans des tons primaires avec de gros pinceaux à rechampir qui évitent tout détail, et les réduisent à de simples taches. Les couleurs, très liquides, sont appliquées par couches successives : chacune se dépose sur la toile ou le papier en lavant la précédente. Puis, une large brosse plate détoure les figures par un fond gris.
La matité du fond s’oppose à la liquidité et à la transparence des figures.
Ma peinture procède par soustraction, élimination. Les sujets sont des corps en mouvement proche de l’immobilité. A partir d’une image photographique, la représentation glisse vers l’abstraction, le signe, le pictogramme. Jusqu'à ce que des bras et des mains très en matière redonnent chaire à ces corps dissouts.
Le geste figuré fait écho au geste pictural.
english     français