Interrogeant la monstration de leur virilité par des individus masculins, Nicolas Maureau cherche à questionner par des références à la peinture académique, scènes bibliques ou de l’histoire antique montrant une opposition violente entre les protagonistes, la part héritée du maintien viril du corps et son rôle social.
Les poses stéréotypées de la peinture classique sont transférées dans une autre convention : celle du genre sexué.

Les modèles, souvent issus d’Internet, sont pris en photographie à leur insu dans des lieux publics. Ils ignorent la prise de vue dont ils font l’objet, mais se savent potentiellement observés et se composent une attitude, faisant souvent appel aux stéréotypes de genre.
En référence au Caravagisme, un fond noir offre à ces attitudes une visibilité accentuée.

Le choix de thèmes de l’iconographie classique, devenus obscurs pour la majorité des publics, mais conservant en tant que thématique générale une portée symbolique, historique et culturelle, lui permet de manifester une polysémie des scènes qui les éloigne de la simple narration.
Le recours aux mythes révèle une part, conflictuelle, tabou, occultée de l’humain.

"La mise en scène du corps par Nicolas Maureau révèle une érotique équivoque où la peau se dévoile dans ses frémissements et où l'on décrypte par là même le sens, l'enjeu du tableau.
Nicolas Maureau, tout en s'appuyant sur une technique et des thèmes empruntés à la peinture classique, engage un dialogue entre notre "passé pictural" et sa propre pratique.
Dans une épure maximale, la "matière noire" qui délimite les corps et les surfaces agit en gros plan, forçant le regard vers l'expressivité de la chair. Visages, torses, mains, chevilles, genoux... acquièrent une vibration unique et viennent révéler l'état intérieur des protagonistes.
Chaque tableau porte de manière singulière un conflit, conflit intérieur ou de situation, les corps semblant imploser sous le poids des affects.
Nicolas Maureau, revisite à sa manière, le réalisme pictural.
Chemin faisant, il nomme dans ses titres Saint - Thomas, Marie Madeleine, Jésus, Apollon, Danaé, Bacchus, Icare, Ganymède, Atalante, Armide, etc … L'on se compose, au fur et à mesure, une famille, en entrant en empathie avec ces figures mythiques, réinventées et si proches de nous."


Loïc Varanguien de Villepin

english     français