Alix Ghanadpour est un cas à part dans la
peinture contemporaine.
Le peintre utilise tous les composants singuliers d’un Caravage, d’un Titien ou d’un Zurbaran qu’il adule au plus haut point, pour les transférer sur ses fresques contemporaines où les déviances sont pointées du doigt.
"L’Immortel", une de ses compositions iconoclastes, diffuse le refrain inlassable de notre époque. Le Selfie qui agite aujourd’hui politiciens, acteurs, chanteurs en vogue, s’immerge dans cette armée que le peintre connaît si bien.
La toile touche un sujet sensible : la fierté du corps national est écornée.
L’image, insupportable, correspond aux événements qui se sont produits récemment à Guantanamo… Le mécanisme de l’abject et l’esprit tortionnaire sont ici, brillamment
évoqués.
La comédie humaine se déroule devant nous, devenue tragédie par la volonté de l’artiste, elle fait naître un sentiment de malaise, mêlé d’une étrange fascination.

Il faudra probablement attendre l’Apocalypse
english     français